Manipulation

Manipulation

Il est important que la manipulation et la contention soient effectuées de manière à ce que le stress causé à l'animal soit minimisé tout en prévenant les blessures chez la personne qui exécute la tâche. Du point de vue scientifique, de même que de celui du bien-être animal, la réduction du stress est importante (la réaction à la peur et au stress peut provoquer des modifications physiologiques pouvant contribuer à la variabilité des données et influencer le nombre d'animaux requis pour atteindre des résultats statistiquement significatifs).

Pour la grande majorité des espèces, il existe des manières plus ou moins optimales d'effectuer les manipulations. Pour s'assurer que la méthode utilisée est la mieux adaptée, une aide et une formation devraient être demandées auprès du personnel de soin aux animaux. Tous les animaux devraient être approchés calmement, tranquillement et avec confiance. Les personnes inexpérimentées devront invariablement investir du temps et se pratiquer pour acquérir cette confiance.

Les animaux devraient être régulièrement manipulés pour les habituer au contact humain et faciliter les examens cliniques de routine. Le plus tôt ce processus de socialisation et d'accoutumance de l'animal peut être entrepris, le plus efficace il sera, rendant la manipulation et la contention moins stressante pour l'animal et plus facile pour les individus qui le manipulent. Cependant, ces derniers devraient être conscients que le comportement des animaux peut varier selon les circonstances, par exemple :

  • une mère avec une portée peut agir de manière protectrice si elle perçoit une menace pour ses petits
  • un animal malade peut être irrité par toute manipulation
  • un animal hébergé seul peut réagir d'une manière plus agressive ou craintive que celui hébergé en groupe

Même pour les interventions les plus simples, la contention de la plupart des animaux est nécessaire (p. ex. pour prendre leur température). La contention physique ou mécanique doit être employée dans les cas où la contention chimique de courte durée (p. ex. un anesthésique, un tranquillisant) n'est pas possible ou n’est pas compatible avec les exigences expérimentales, ou encore parce qu'elle entraîne chez l'animal un niveau de stress plus élevé qu'une autre méthode de contention. Si la contention est nécessaire pour maîtriser un animal pendant une intervention scientifique, la méthode utilisée doit alors se limiter au degré de contention nécessaire pour permettre d'exécuter correctement l’intervention. Le renforcement positif (p. ex. donner une récompense alimentaire ou des félicitations dans le cas des chiens, des chats et des primates) doit être considéré; dans bien des cas, cela facilitera le processus la prochaine fois qu'il devra être répété.

Deux des facteurs ayant une forte incidence sur le niveau de stress d'un animal lors de la contention sont l'isolement des congénères (pendant la contention) et le degré d'immobilisation. Le contact avec les congénères, de manière visuelle, auditive et olfactive, peut aider à réduire l’intensité du stress. Par exemple, un mouton placé dans un parc d'isolement doit pouvoir entendre et voir d’autres moutons.

La qualité de la contention influencera également la réaction de l'animal. Par exemple, une personne expérimentée qui manipule un rat cause moins de désarroi chez l'animal qu'une personne qui ne possède pas d'expérience de manipulation et qui a peur de se faire mordre. Les animaux s'habituent à une contention répétée, douce, de courte durée et qui n'est pas accompagnée par une intervention stressante ou douloureuse. Une contention d'une durée plus longue est accompagnée de signes de stress, sauf si l'animal a subi une période prolongée d'acclimatation aux situations expérimentales et qu'il n’est soumis à aucune intervention douloureuse pendant cette période de contention.

Éléments particuliers à prendre en considération lors de la manipulation des poissons

Presque tous les poissons d'expérimentation doivent être manipulés. Comme la manipulation et la perturbation semblent causer un stress chez les poissons, ils ne doivent être manipulés que lorsque nécessaire et le nombre de manipulations doit être réduit au minimum. Les membres du personnel qui participent à la manipulation des poissons doivent suivre une formation sur les méthodes de manipulation pour s'assurer de leur expertise et pour réduire les blessures et la morbidité chez les poissons sous leur responsabilité. Des points fondamentaux sont à prendre en considération, notamment :

  • avant une manipulation, les poissons doivent être soumis à un jeûne
  • les poissons doivent être manipulés de manière à éviter autant que possible d'endommager leur barrière cutanéo-muqueuse
  • la contention et la manipulation des poissons doivent être exécutées de manière à minimiser la stimulation visuelle; ils doivent notamment être protégés de la lumière directe et des variations rapides de luminosité pendant la contention

En général, les poissons ne doivent pas être maintenus hors de l'eau pendant plus de 30 secondes.

Cette section s'inspire de lignes directrices du CCPA et du site Web du National Centre for the Replacement, Refinement and Reduction of Animals in Research (NC3Rs).

Liens rapides